• Shortcuts : 'n' next unread feed - 'p' previous unread feed • Styles : 1 2

» Publishers, Monetize your RSS feeds with FeedShow:  More infos  (Show/Hide Ads)


Date: Saturday, 04 Oct 2014 06:55
Flaque de pluie
La Saussaye, France, 6 août 2014

Spring had truly arrived. Countless streams suddenly materialized all over the roads, fields, grasslands, and thickets; flowing as if the melting snow's waters were spilling over.

Takiji Kobayashi, Yasuko.

La pluie abonde. La forêt humide resplendit. L'eau monte, l'eau déborde. Il reste pourtant notre humanité. Toute entière, resplendissante.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Saturday, 04 Oct 2014 06:42
Feuillage d'arbre et cheveux
La Saussaye, France, 5 août 2014

Well, let's do it again, one more time!

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

L'arbre appelle le refuge. La forêt ouvre la pensée.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Saturday, 04 Oct 2014 05:56
Pile de magazines de cinéma
La Saussaye, France, 4 août 2014

Next they showed one foreign and one japanese movie, but the celluloid was so badly scratched that everything seemed streaked with rain. What was worse, the film seemed to have broken in places and been spliced together, imparting jerky movements to the actors. Yet no one cared about that. Everyone was completely engrossed in the film.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Le grenier est le lieu du temps transposé, une longue respiration. Ce n'est pas toujours là que l'on y trouve le souvenir, tant les choses peuvent être lointaines et étranges. Mais c'est certainement l'émerveillement du trésor que l'on découvre sans l'avoir même cherché. Aujourd'hui sur une étagère, entassés, quelques magazines de cinéma révèlent une actualité d'un autre moment et donnent l'envie de l'exploration. Un article donne les clés de l'érotisme au cinéma japonais à travers un film de Tetsuji Takechi.

Article de magazine sur l'érotique japonaise
La Saussaye, France, 4 août 2014
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 29 Sep 2014 13:09
Noisettes dans un bol
La Saussaye, France, 3 août 2014

Far off to the right the light of the Shukutsu lighthouse, flashing each time it revolved, penetrated the gray expanse of sea-like fog. Its long and distant silvery beam swept mystically for miles around as it pivoted.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Sur la table, un bol de noisettes encore vertes, le parfum de la chlorophylle, l'involucre moelleux sous les ongles et le craquement de l'écale donnent l'essence du plaisir.

Brioches chaudes sorties du four
Saint-Germain de Pasquier, France, 3 août 2014

Dans le four à pain, des brioches encore chaudes, le beurre sous les narines, la mie du moment sous les dents et le chuchottement du jour donnent l'envie de la suspension.

Tas de bois
La Saussaye, France, 3 août 2014

Dans la forêt, des branches de bois mort, grisé par le champignon et l'humus, les insectes sous l'écorce et le poids sur les épaules vous tirent vers la cime des arbres.

Le rythme du monde s'étale lentement entre les larges secondes d'une respiration.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 29 Sep 2014 12:11
Boutons de rose et pétales sur le sol
La Saussaye, France, 2 août 2014

Well. Let's do it again. One more time.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Pain oublié dans le grille-pain, un peu de fumée. Je suis seul dans la cuisine. Décalage horaire. Il est tôt. Tout le monde dort. Le parfum de la forêt en bouffée quand on ouvre la porte d'entrée. Les pétales de rose vaincues par la rosée se sont posés au sol. Le thé dans un bol avec un motif floral, je trempe mes lèvres doucement, patiemment. Je goûte à l'amertume avec plaisir.

Il faudra plus d'un pétale pour disparaître.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Sunday, 28 Sep 2014 12:17
Vues depuis le train de champs de riz
Narita, Japon, 1er août 2014

Treasure every grain of rice. It's a gift of blood and sweat.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Je suis dans le Narita Express à destination de l'aéroport. Devant mes yeux défilent les collines, les maisons blotties près de la forêt et surtout les longues rizières. Tout est si vert, si troublant, si délicat. Je glisse à la surface des brins, je suis le vent. Ce voyage a-t-il débuté ? Était-ce lorsque j'ai réservé le billet d'avion ou bien avant lorsque j'ai conçu l'idée. Était-ce ce moment où j'ai fermé la porte, marché dans la rue ? Ou cela commence-t-il demain lorsque je serais à l'aéroport en France ?

Le premier grain de riz au bout de mes baguettes qui me donne le goût est indéterminé et pourtant il est bien là.

1er août 2014 : Mes écritures à rebours me donnent l'espace de la respiration, donnent de l'épaisseur à l'opacité et donc une plus grande liberté.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Saturday, 27 Sep 2014 07:16
Boîtes aux lettres dans une entrée d'immeuble
Atami, Japon, 12 juillet 2014

Not even a woman could captivate the fishermen and sailors as much as the supply ship did. This ship did not stink of fish, and it bore the fragrance of Hakodate. It carried a fragrance of that solid earth that they had not trodden for months, for hundreds of days. Moreover, the supply ship delivered long-delayed letters, shirts, underwear, magazines, and various other necessities.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Stéphane et Emmanuel ont démarré une conversation qui me tient à cœur. J'ai pris quelques notes rapides dans mon carnet.

Emmanuel a lancé l’idée qu’on s’écrive les uns les autres des cartes postales, après qu’Olivier a noté que c’était fini, tout ça, à l’époque des emails. Alors joignons l’utile à l’agréable et dérouillons, avant les cartes, nos jointures vermoulues sur un cahier acheté à l’occasion des vacances, comme souvent.

Stéphane Deschamp, la belle langue en vacances.

Donner son adresse postale à un tiers m'est devenu de plus en plus difficile. Je m'exécute quand les circonstances l'exigent. Les administrations, les services de livraison, les banques ont une dépendance de leurs systèmes sur l'identification physique du lieu de vie qu'il est très difficile d'y échapper. Je lutte déjà très souvent contre le requis du téléphone. Mais le propos n'est pas là. Non, il s'agit de délivrer la clé de l'accès à un lieu qui est sacré : le lieu où j'habite.

Cela tient peut-être à la clairière dans la forêt, au lieu sanctuaire où l'on peut écrire les notes de sa cabane. Peut-être que c'est juste absurde et que je devrais me soucier beaucoup moins de cette inquiétude. Ce partage inconfortable s'est accentué avec tous les services de gestion du carnet d'adresses en ligne. Les personnes rentrent l'adresse dans le carnet d'adresses de leur ordinateur, la synchronise avec leurs téléphones en ligne et parfois avec un service de synchronisation distant. Certaines applications demandent l'accès au carnet d'adresse pour rechercher les adresses email et faire des croisements avec leur base de données et au même moment en profitent pour accéder à de nombreuses autres données, dont l'adresse.

Lorsque je travaille avec un bureau physique quotidien, je donne souvent mon adresse de bureau. C'est une façon de permettre l'anonymat physique de l'intime sans bloquer la communication. Mais lorsque l'on travaille de chez soi, cet anonymat devient de plus en plus délicat. Je pense très souvent à ouvrir une case postale dans une poste afin de recréer ce tampon.

Quand finalement, je me décide à donner confiance à mon interlocuteur, je précise de ne pas partager l'adresse avec qui que ce soit individus ou entités, et bien sûr, de ne pas partager avec les services en ligne. Ce qui rend la gestion de mon adresse quelque peu contraignante.

Tout ceci n'est pas tout à fait rationnel, puisque j'ai plaisir à écrire ou dessiner sur le papier et à envoyer quelques mots dans la boite aux lettres postales d'une personne lorsque je voyage. Je trouve aussi que le rythme d'envoi et de réponse de la correspondance manuscrite est finalement beaucoup plus humain que celle du courrier. Non pas que l'électronique change quoi que ce soit, si ce n'est que les personnes ont construit une attente de réponse immédiate à un message, alors que préfère prendre du temps pour répondre.

Donc tout comme Stéphane, oui j'aime cela écrire, et délier la langue dans le creux du papier, mais je note aussi que je suis un ours pour ce qui est de l'accès à mon adresse.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Friday, 26 Sep 2014 13:37
Noren avec des morceaux de scotch
Atami, Japon, 12 juillet 2014

Each morning before starting to work, everybody gathered in one corner of the factory. Their faces all looked like those of mud dolls.

"I'm going to slow down," said the miner. "I just can't keep this up."

Worker's faces came to life but no one spoke. Then someone said, "You're going to get yourself branded, you know…"

I'm not trying to get out of the work. I just can't do it.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

En informatique, nous disons souvent « Si ce n'est pas cassé, on n'y touche pas. » Il y a plus de risques à modifier un système qui fonctionne avec satisfaction plutôt que de tenter de l'améliorer. Optimiser pour le seul but de la perfection n'est pas une action suffisamment intéressante. C'est le côté Confucius de l'informatique.

Il y a ce restaurant de yakitori qui a réparé son enseigne avec des morceaux de scotchs transparents plutôt que de jeter l'ancien et de le remplacer par un nouveau noren. Cette fois-ci, il s'agit de patcher un système afin qu'il puisse durer un peu plus longtemps. Encore une fois, ce n'est pas une recherche de la perfection, mais bien plus de la longévité.

Nous oublions bien souvent que nos systèmes peuvent durer très longtemps sans les mettre à jour et en les réparant juste de façon nécessaire. Est-ce un problème ? Moins souvent que l'on veuille bien le penser.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Friday, 26 Sep 2014 12:39
Une rue, deux femmes, et une haie coupée
Tsujido, Japon, 27 juillet 2014

"The damned lice are going to devour us alive."

"Yeah, that'll be a wonderful way to go."

They could not help laughing.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Une femme agée coupe la haie. Aligner le feuillage avec la route, ne pas envahir, trop, l'espace commun. Elle s'est couverte, un chapeau, des gants, un masque facial, une serviette éponge autour du cou, un pantalon long et un tablier. Son armure souple la protège des moustiques voraces. Elle a tout de même une dernière botte secrète à son attirail. À sa ceinture, elle a accroché la boite métallique pour permettre les spirales vertes contre les insectes trop amoureux. Ce n'est pas l'encens du temple mais la fumée de l'anti-moustique que je sens.

Et dans cette rue, la rêverie des boîtes de spirales anti-moustiques s'éveille. Les moustiques sont loin.

Boîte de spirales antimoustiques
蚊取り線香 金鳥
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Friday, 26 Sep 2014 12:16
Cinq tombes dans un pré
Tsujido, Japon, 27 juillet 2014

The great storm had snatched away from the men any ability to steer the boat, making them more helpless than a chid gripped by the scruff of its neck. They had gone out the farthest, and now the wind was blowing them even farther. All were prepared for the worst. Fishermen are trained to bid life good-bye at a moment's notice.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Le feu permet la cendre. La cendre permet l'exigüité. L'exigüité permet la proximité. La proximité permet le souvenir. Le souvenir permet l'humanité.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 22 Sep 2014 13:11
Intérieur d'un atelier de tatami
Tsujido, Japon, 27 juillet 2014

Recalling the previous day's horrendous work, everyone concluded that the man had been swept away by the waves. It made them feel awful. They were forced to resume work before dawn and had no chance to talk about it.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Par la fenêtre, le silence de l'atelier s'expose. L'artisan a délaissé ses tatamis pour la journée. Peut-être est-il avec les autres pour porter le « mikoshi » de son bloc. Ensemble. Dans le son tumultueux des tambours et du pipeau. Ensemble. Sous la chaleur et la poussière.

Mains sur une poutre du mikoshi
Tsujido, Japon, 27 juillet 2014
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 22 Sep 2014 12:57
Groupes de personnes en face du temple
Tsujido, Japon, 26 juillet 2014

Sitting cross-legged and placing plates of salted fish across their legs, they blew against the steam, filled their cheeks with hot bits of fish, and rolled them around inside their mouths. The food was the first hot object they had been near all day, and their noses kept running, threatening to drip into the dishes.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

C'est le temps de la fête de quartier. Les vendeurs s'alignent dans la rue. Les gens boivent, discutent, échangent, rient et mangent. Les jeunes femmes ont mis leur plus beau yukata. Nous traversons une barquette de pommes de terre au beurre dans la main.

Groupes de personnes dans la rue
Tsujido, Japon, 26 juillet 2014
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 22 Sep 2014 12:45
Deux poissons sur du papier
Tsujido, Japon, 24 juillet 2014

Everyone was silent. All the same, they felt relieved.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Je refuse le sac en plastique à la caisse. La femme avec un large sourire me répond : « éco ! éco ! » C'est la première fois que la compréhension de mon geste est verbalisé. Nous avons tous les deux le sourire. Elle à sa caisse, et moi déjà sur le chemin.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Friday, 19 Sep 2014 14:16
personnages en tissu
Tsurunoyu, Japon, 11 janvier 2008

It was highly convenient for the employers to assemble such a crew of unorganized migrant workers.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Dans un groupe social, si vous permettez une discussion sur un sujet conflictuel, vous devez être prêt à répondre à cette discussion de manière ouverte et franc-jeu. Si le but de la discussion est de donner l'illusion d'une concertation alors que la décision finale est déjà prise, vous non seulement manipulez cette communauté, mais vous la rendez aussi suspicieuse, divisée. Vous perdez la confiance et l'énergie du groupe à vouloir travailler ensemble. Ce n'est pas une bonne stratégie.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Friday, 19 Sep 2014 11:59
stalagtites sur mur de bois
Tsurunoyu, Japon, 11 janvier 2008

They could not go home again. To survive the winter in snowy Hokkaido where they had no relatives, they had to "sell" their bodies as cheaply as dirt. Though they had done it over and over, they would calmly (if such a word is appropriate) do the same again the following year.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

privacy, intimacy sur Ngram donne un résultat différencié avec deux périodes. Je n'ai pas d'interprétation magique. Juste que le mot « privacy » semble émerger dans les années 1910 et intimacy reprend du poil de la bête dans les années 1960.

Qu'est-ce qui fait le succès d'un mot ?

graphe
Ngram des mots privacy et intimacy en langue anglaise
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Regex 101   New window
Date: Friday, 19 Sep 2014 11:59
Tuyaux sur fond de mur en béton
Atami, Japon, 12 juillet 2014

A woman took caramels out of a box and handed two each to the nearby children, saying, "You be good to my Kenkichi, and work together like friends." The woman's hair and clothes were covered with cement dust. Her hands were ungainly, large and rough like roots of a tree.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Un de mes outils favoris lorsque j'ai des expressions régulières complexes à explorer est Regex 101. Il permet non seulement de comprendre les choix réalisés au fur et à mesure en expliquant les commandes que l'on choisit dans la boîte en haut à droite. Mais il montre également les succès dans la boite à droite juste en dessous. Il y a de nombreuses petites subtilités et aides dans l'interface.

copie d'écran
Une expression régulière sur une chaîne de caractères

Un atout supplémentaire et pratique, il possède un générateur automatique de code en JavaScript, PHP et Python.

copie d'écran
Génération automatique de code
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Tuesday, 16 Sep 2014 23:54
Personnes en double dans une rue
Shibuya, Japon, 19 juillet 2014

Two foreign sailors with pipes in mouth paced the deck back and forth like automatons.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

De passage. Un immeuble proche de sa destruction devient le canevas pour l'expression. Une transition, un état éphémère, nous voyageons avec notre passé et notre futur à quelques pas de nous-même. Je passe par un café. Six ans que je ne suis pas venu. Et pourtant. « Oh ! Cela fait longtemps ! » m'accueille l'employé. Des capsules de notre existence, images fixes, dans un continuum. Je ferme les yeux. J'ouvre les yeux. Déjà une fraction d'années de lumière. L'esthétique de l'automate. Déjà une fraction d'années de lumière. Le voyage est un fantôme.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 15 Sep 2014 12:40
Daruman sur étagères vides
Atami, Japon, 12 juillet 2014

Blown by the wind, smoke drifted over waves wafting a stifling smell of coal. From time to time a harsh rattle of winches traveling along the waves reverberated against the flesh.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Un article totalement bénin dans la rubrique sport d'un journal en ligne. Et pourtant, l'article a disparu. La rouille aura fait son effet. Il y a cependant trois éléments originaux :

  • L'URL est toujours la même
  • Le contenu de l'article a été remplacé par la mention The requested article has expired, and is no longer available. Any related articles, and user comments are shown below.
  • Les commentaires sont toujours présents. Ils sont devenus en fait le commentaire principal. Un peu si comme une œuvre avait été détruite et que nous n'avions plus que les commentaires périphériques pour la reconstruire.

En fait tout comme un roman historique qui s'appuie sur l'information contextuelle et non directe, nous pourrions nous lancer dans le projet de réécrire ces articles disparus, expirés en utilisant uniquement comme source l'information des commentaires. Cela nous offrirait un champ du possible immensément riche et créatif.

Copie d'écran d'une page de journal
JapanToday, 8 juin 2012
Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Monday, 15 Sep 2014 12:25
Maison abandonnée couverte de lierre
Atami, Japon, 12 juillet 2014

Buddy, we're off to hell.

Takiji Kobayashi, The Crab Cannery Ship.

Les lieux abandonnés sont ces endroits qui offrent la possibilité du territoire vierge, le premier pas dans la poussière, la trace dans la neige. On imagine le craquement de la branche morte dans la forêt étouffée. Nous désirons l'ombre, le silence et la suspension du temps, l'océan infini, la tempête de sable, le blizzard.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Date: Thursday, 11 Sep 2014 12:25
Deux peluches d'ourson au bord d'une fenêtre
Atami, Japon, 12 juillet 2014

Le coeur monte et s'ébat dans l'air mol et fleuri.
- Mon coeur, qu'attendez-vous de la chaude journée,
Est-ce le clair réveil de l'enfance étonnée
Qui regarde, s'élance, ouvre les mains et rit ?

Anna de Noailles, L'inquiet désir.

Je lui disais « raconte moi l'histoire du cirque Narcisse. » Inlassablement avant que les paupières lourdes n'emportent la fin du récit, ma mère me racontait l'histoire que son père lui racontait dans son enfance. C'est ainsi que la légende du cirque vibre au son de la grande parade. Les rêves d'enfance n'ont pas d'âge. Ils habitent nos corps un à un, génération après génération. Ils vivent sur nos mots et nous les transmettons à la suivante.

Alors ce soir encore, je rêve du cirque Narcisse.

Author: "--"
Send by mail Print  Save  Delicious 
Next page
» You can also retrieve older items : Read
» © All content and copyrights belong to their respective authors.«
» © FeedShow - Online RSS Feeds Reader